Parents, enseignants, éducateurs, professionnels de l’enfance, s’interrogent sur la façon dont il convient de gérer les écrans dans l’univers familial. Les échanges, riches, prouvent que chacun-e fait ce qu’il peut dans un contexte économico-politique bien peu facilitateur !

« causerie » au Centre Guelewar à Ngaparou (Sénégal) le 18 février dernier.

Il faut bien le reconnaître, si le recours aux technologies numériques est encouragé, les inégalités d’accès anticipées, leur appropriation plus ou moins accompagnée, l’éventualité d’un usage excessif et/ou inapproprié n’a pas été pensé en amont. Nous en sommes alors réduits à palier ce manque d’anticipation, au Sénégal comme ailleurs, par des actions ponctuelles d’information et de prévention.

Cette rencontre a permis d’évoquer les contenus, services et autres matériels proposés aux enfants et aux adolescents ainsi que les différents enjeux qui traversent ces offres commerciales. En effet, s’intéresser à la jeune génération, c’est aussi se poser la question de la façon dont la société, à travers ses médias et ses technologies, s’adresse à elle et ce qu’elle en attend. Comment, par exemple, les conduites addictives sont encouragées chez les plus jeunes, à travers un design pensé et conçu à cette fin ? Comment également, les besoins des enfants selon leur âges, sont souvent niés ou occultés pour obtenir d’eux les comportements qui répondront avant tout à des impératifs de consommation ?

Or, les conséquences d’un mésusage des écrans pour la santé et le bien-être des enfants sont indiscutables : acquisitions de base retardées (motricité, langage…), appauvrissement des interactions humaines, isolement, retards scolaires, etc.

Cela dit, l’exemple que donnent les adultes de l’utilisation qu’ils font de leur smartphone, tablette ou téléviseur est essentiel. Nous sommes tous concernés par le risque d’une exposition excessive à tous ces écrans. Fort heureusement, nous avons non seulement la possibilité mais le pouvoir d’entrer dans un usage raisonné et raisonnable des écrans. La mise en place d’un cadre au sein de la famille, pour limiter le temps consacré aux écrans est préconisé (pas d’écrans pendant les repas, pas dans les chambres d’enfants, pas le matin…). Et dans ce domaine une entre-aide entre les grands et les petits, sur le mode de la bienveillance et de l’humour, peut être salvateur.

Pour réduire les écrans : un outil pratique

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s