Qu’est-ce qui nous pousse à surutiliser les applis ?

Une websérie documentaire informe sur les ressorts à l’œuvre dans les applis pour rendre l’usager dépendant. A voir et à revoir.

Texte de présentation de la websérie :

« Tu es accro à tes applis ? Tous les matins après Twitter, tu checkes tes flammes sur Tinder. Pas de métro sans YouTube ou Candy Crush. Instagram est irrésistible, Facebook addictif, t’es accro à Snapchat… et tu pètes les plombs quand t’as plus de batterie pour Uber. T’inquiète pas c’est normal. Toutes ces applis sont conçues pour te rendre complètement addict en activant dans ton cerveau la molécule responsable du plaisir, de la motivation et de l’addiction… la dopamine ! « 

Dopamine
Une websérie documentaire de Léo Favier
Coproduction : ARTE France, Les Bons Clients, Réseau Canopé
(France, 2019, 8 x 6’30’’)

Académies des sciences, de médecine et des technologies : un appel ambigu

Ainsi, nos Académies des sciences, de médecine et des technologies ont-elles rendu public ce qu’elles présentent comme un « appel » intitulé : « L’enfant, l’adolescent, la famille et les écrans »

On se souvient de l’Avis de l’Académie des sciences publié en 2013*. Aujourd’hui, l’un de ses auteurs reconnait : « Nous étions un peu trop optimistes et n’avions pas assez insisté sur les effets délétères »**. De fait, l’avis en question avait alors soulevé une vive polémique. Chercheurs, universitaires, professionnels, cliniciens de l’enfance et associations s’étaient  élevés contre un diagnostic biaisé par ce qui apparaissait alors comme une volonté de relativiser les discours plus sévères sur les conséquences préoccupantes de la massification des écrans. Il aurait suffi que les auteurs de l’avis élargissent leurs investigations aux chercheurs, universitaires et autres experts nationaux expérimentés, très au fait de ces questions et pour certains, depuis de longues années, pour éviter une telle erreur.

Cette fois, on ne prend le risque ni d’un rapport ni d’un avis et ce n’est plus une seule académie qui est concernée, mais trois. À quel(s) objectif(s) réel(s) répond cette initiative ? Pourquoi de telles institutions se regroupent-elles pour émettre un simple appel qui ne s’appuie aucunement sur la littérature scientifique ? Pourquoi se réfugient-elles derrière leur statut et légitimité pour intervenir dans un débat social sans se référer à un plus large panel de spécialistes ? Les auteurs de l’appel émettent le vœu de recherches conduites en interdisciplinarité. En effet, nous devrions aller vers plus de complémentarité et développer de plus nombreuses collaborations entre approches théoriques et champs disciplinaires. L’écrit dont il est question ici fait mention de neurophysiologie, de psychologie, de philosophie, de sciences cognitives, mais il fait l’impasse sur les sciences de l’information et de la communication quand elles sont pourtant éminemment concernées par le sujet.

Sur le fond, nous relevons une meilleure prise en compte des effets néfastes des écrans. Néanmoins, il ressort de la lecture de ce document une forte insistance sur l’aspect vulnérabilités personnelles, familiales et sociales. Il est incontestable que ces vulnérabilités entrent en ligne de compte, de nombreux sociologues l’ont constaté. Néanmoins, nous ne savons pas encore dans quelle mesure certaines fragilités peuvent aussi être engendrées par la technologie. Une technologie aux mains de grandes firmes internationales qui ne s’embarrassent pas de considérations déontologiques pour rendre captif l’usager qu’il soit ou non adulte.

Lorsque l’on côtoie régulièrement les parents et les professionnels des secteurs médicaux, paramédicaux et sociaux, sur leurs terrains d’intervention, c’est la complexité à l’œuvre dans l’usage qui est fait des technologies numériques qui s’impose à l’observateur. En effet, il n’est pas toujours aisé de faire le départ entre ce qui relève d’une pathologie ou de comorbidités*** particulières et ce qui relève des moyens et de la force dont disposent les acteurs marchands pour influencer les comportements.

Certes, les parents et les éducateurs ont un rôle important à jouer dans l’éducation au bon usage des écrans. Reconnaissons néanmoins qu’ils sont soumis, de même que les enfants dont ils ont la charge, à des discours contradictoires. Prôner l’autorégulation est une bonne chose, mais cela ne suffit pas quand on sait que les industriels, concepteurs et autres fournisseurs d’applications mettent tout en œuvre pour conduire à une surconsommation et à des comportements excessifs. Cette réalité, qui confine à l’injonction paradoxale, gagnerait à être véritablement prise en compte.

L’écrit publié ce 9 avril dernier fait montre d’une grande prudence quant au terme d’addiction. Pourquoi pas ? Sur ce point les recherches doivent se poursuivre. Mais quelle n’est pas  notre surprise de lire : « Il est important de fixer un temps ritualisé dédié aux écrans afin d’apprendre à l’enfant à attendre »****. Que l’enfant doit faire l’apprentissage du plaisir différé est en effet essentiel dans la construction de sa personnalité. Pour autant, point n’est besoin de ritualiser l’usage des écrans. Bien au contraire, la ritualisation risque justement de conduire à une forme de dépendance. Il sera plus judicieux de signifier à l’enfant que ces écrans peuvent être utilisés occasionnellement pour des usages précis et limités, mais que certaines journées peuvent se vivre sans le recours à l’écran.

Les problèmes posés par la présence massive des écrans dans l’environnement des familles concernent toutes les tranches d’âge ainsi que les adultes, notamment parents et éducateurs. Il nous faut tout de même insister particulièrement sur la petite enfance. Nous savons qu’en matière d’écrans, les bons plis se prennent dès l’enfance. A Contrario, les mauvaises habitudes prises dès le plus jeune âge ont tendance à persister par la suite. Tout le monde s’accorde à dire que, chez le tout-petit, les expériences sensorimotrices sont fondamentales. De même, des interactions humaines riches garantissent le bon développement du langage. Soyons sérieux : qu’apportent réellement les écrans aux enfants de moins de trois ans ? Le petit d’homme ne trouve-t-il pas dans son environnement tout ce qui lui est nécessaire sans en passer par les écrans ? Si ces objets s’imposent à lui dans les tout premiers moments de sa vie, ce n’est en rien pour servir son bien-être, ils répondent plutôt à des impératifs commerciaux.

Ne chargeons pas trop les parents. La plupart d’entre eux sont conscients de l’importance d’accompagner leurs enfants, petits et grands, dans l’univers des écrans numériques. L’attitude éducative qu’ils mettent en œuvre dans ce domaine est bien souvent contrecarrée par des discours marchands qui n’hésitent pas à saper cette vigilance parentale. Nous aurons beau émettre de sages recommandations, si nous demeurons aveugles à cette réalité-là, elles resteront vaines. Il faut beaucoup de discernement pour ne pas céder aux sirènes des grandes marques et ne pas se laisser prendre dans les pièges du marketing et de la communication qui envahissent l’espace social à grand renfort d’illusions et de mensonges. Les plus avisés s’y laissent parfois prendre.


*BACH J.F., HOUDE O., LENA P., TISSERON S., L’enfant et les écrans, Un Avis de l’Académie des sciences, Le Pommier, janvier 2013.

**SANTI P., « Ecrans : appel des académies à une « vigilance raisonnée », Le Monde, 10 avril 2019.

***Comorbidité : association de plusieurs pathologies et conséquences qui en résultent.

**** »L’enfant, l’adolescent, la famille et les écrans. Appel à une vigilance raisonnée sur les technologies numériques », Académie des sciences, Académie de médecine, Académie des technologies, 9 avril 2019, p. 5.




Famille « tout-écran » ou famille « moins-d’écrans » ?


En cette fin d’année, les petites et grandes machines de la sphère numérique se présentent à nous avec insistance. Ne mésestimons pas le temps de la réflexion qui doit précéder tout acte d’achat. Pour qui ? Pourquoi ? Pour quels usages ? Avec quelles conséquences éventuelles pour l’utilisateur (plus il est jeune plus la question est cruciale) et avec quelles répercussions sur la vie familiale ?

Les recommandations de tous ordres ne manquent pas pour les parents : guides papier, sites internet, vidéos, se font fort d’éduquer les familles à un bon usage des écrans. Dernière en date, une série de petits films à l’initiative de France TV, intitulée « La famille tout-écran ». « Cette série permet de prévenir les familles sur les risques, les informer et les accompagner dans les bons usages des multiples écrans qui nous entourent plus que jamais » informe la page d’accueil de France TV éducation

Le titre de la série, qui est également celui d’un guide-papier édité par le CLEMI (Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information) interroge. Pourquoi « La famille tout-écran » alors que l’objectif affiché est de prôner un usage avisé et régulé des écrans. C’est-à-dire, et en dehors des risques à éviter, un usage non envahissant, qui laisse la part belle aux interrelations familiales, sociales, ainsi qu’aux activités hors écrans ? Le court générique qui précède chaque épisode représente lui-même chaque membre de la famille avec un écran. Sous-entendu « les écrans nombreux dans les foyers sont devenus incontournables ».

Arrêtons-nous un instant sur l’image du père véhiculée par cette série dite éducative. Il y est ridiculisé, à côté de la plaque, incompétent. Pourquoi en faire une telle représentation ? Le père n’est-il pas, comme l’a suggéré le célèbre psychanalyste britannique, DW. Winnicott, celui qui incarne la loi, qui pose des interdits ? N’est-il pas support d’identification, d’apprentissage ?[1] L’image symbolique du père en partage dans l’inconscient collectif, reste d’une grande importance pour l’équilibre familiale parce que structurante pour chacun de ses membres. Pourquoi ternir cette image sinon pour amoindrir l’efficacité d’un message de prévention qui pourrait dans le même temps nuire à l’industrie du numérique ?

Autre question : pourquoi le générique donne-t-il à voir un père en train de consommer ce qui ressemble à des pop-corn dans un grand saladier ? L’association grignotage-écran ne renvoie pas seulement au cinéma, on la retrouve dans maints dessins animés et autres programmes de télévision. Une telle insistance sournoise dans les représentations médiatiques répond à coup sûr aux attentes des grands annonceurs de l’agroalimentaire désireux d’exposer les produits et conduites alimentaires qui leur sont favorables. Voir l’article sur Garfield. Pourtant, le plus souvent, ces produits de grignotage sont trop gras, trop sucrés et/ou trop salés.  La chaîne France TV contrevient ainsi manifestement aux recommandations de l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé). Dommage, car les messages de prévention ont une chance d’être efficaces s’ils sont cohérents. Les organismes publics ne devraient-ils pas montrer l’exemple au secteur privé en évitant de se désavouer les uns les autres ? Ne leur revient-il pas d’œuvrer de concert pour l’éducation, la santé et le bien-être des enfants et de leurs familles ?

Enfin, et je ne recherche pas l’exhaustivité de l’analyse, il y a lieu de considérer le standing de la famille mise en scène. Nous sommes en présence d’un couple avec trois enfants, ces personnages évoluent dans un intérieur plus que confortable. Les familles moins bien pourvues, aux prises avec des difficultés financières, aux fins de mois difficiles, auront certainement beaucoup de difficultés à se reconnaître dans ces différentes situations. La famille classique, CSP + serait-elle la norme ? En vérité, les multiples écrans que nous connaissons sont présents dans des milieux sociaux, géographiques et culturels extrêmement variés et dans des configurations familiales de plus en plus diversifiées. Les messages de prévention ne pourraient-ils tenir compte de ces multiples facteurs qui entrent en jeu dans l’usage des écrans ?

La présente série de 15 vidéos autour de la gestion des écrans semble, en creux, délivrer un autre message : « pas de problème avec les écrans si les parents savent les gérer ». Ce qui sous-entend que la responsabilité incombe aux seuls parents. Le plus souvent en effet, la responsabilité qui revient aux acteurs du marché est totalement occultée. C’est un écueil commun aux diverses recommandations émises dans l’espace social au sujet des écrans. Nous ne devons pourtant pas négliger les savoir-faire déployés par les grandes firmes internationales pour forcer l’usage intensif de ces multiples écrans. Les techniques de persuasion s’appliquent ainsi au design des appareils : émoticônes, notifications, smileys et autres menus, sont conçus pour capter, retenir l’attention et obtenir des actes répétitifs de consultations et de recours aux écrans. Les parents sont, eux ainsi, pris en tension entre les messages de prévention qui leur sont adressés et une économie de l’attention qui incite à une surutilisation des écrans.

Les organismes publics ont raison de faire de la prévention et de viser l’éducation, en revanche, ils ne devraient pas mentir par omission et manipuler sournoisement, mais au contraire, délivrer un discours objectif et cohérent.


 [1]Et cela même si cette fonction symbolique peut aussi bien être assumée par un substitut paternel.

Du mésusage des écrans chez les enfants et les adolescents

La revue à comité de lecture des Sciences de l’information et de la communication MEI (Médiation Et Information) vient de sortir un numéro intitulé Santé publique et communication.

Vous y trouverez un article sur les conséquences sanitaires d’un mésusage des écrans chez les enfants et les adolescents  : « Le mésusage des écrans chez les enfants et les adolescents : l’éclairage d’une enquête qualitative auprès des professionnels de l’enfance et de l’adolescence »

N’hésitez pas à vous le procurer !

Éditions l’Harmattan juillet 2018.

Vous avez un smartphone ? Alors lisez ce livre !

Voici un livre que tous les possesseurs de smartphone devraient lire !

Le smartphone a  su se rendre utile et indispensable à tel point que nous n’envisageons plus nous en séparer. Mais le connaissons-nous autant qu’il nous connaît ?

Comment se fait-il d’ailleurs que nous acceptions de lui livrer aussi facilement une grande partie de notre vie : nos conversations , nos correspondances privées et professionnelles, nos photographies, nos vidéos, nos aides-mémoire, nos rendez-vous, etc.

L’auteur du « Troisième cerveau » nous invite à découvrir sous un nouveau jour ce petit appareil, si près de nous et si peu anodin.

Le troisième cerveau. Petite phénoménologie du smartphone. Pierre-Marc de Biasi – CNRS éditions -Septembre 2018 – 265 pages.

 

A Tivaouane (Sénégal) on s’interroge sur les impacts des écrans

Un séjour récent au Sénégal m’a permis de nouvelles rencontres et échanges autour de la question des écrans dans le quotidien des enfants et de leur famille. Moussa Diop, coordinateur d’une association socioculturelle avec un collectif de femmes organisées autour d’activités d’auto-développement, m’a invitée à partager avec eux le fruit de mes recherches et de mon expérience de formatrice dans ce domaine. En effet, au Sénégal, comme dans d’autres pays du continent africain, les écrans numériques se propagent à vitesse grand V, sans préparation, sans réflexion préalable, sans connaissance des différents enjeux de tous ordres qui traversent ces nouvelles technologies. « Il y a une banalisation qui est telle qu’aucune alerte ni inquiétude ne sont exprimées par les parents. Cette problématique ne fait pas encore l’objet d’une prise en charge sérieuse faute de spécialiste », m’écrivait-il avant ma venue.

Voici le témoignage qu’il nous livre suite à nos rencontres.

 

Vaincre la furie des écrans

 

Le monde se numérise chaque jour davantage. Les  images distillées  à travers les écrans multiformes présentent indistinctement aux différents publics des messages aux contenus dangereux, attentatoires au développement harmonieux de nos enfants et à notre vivre ensemble. De la tablette à l’ordinateur, en oubliant  la télévision, le téléphone portable et d’autres,  nous vivons un environnement numérique nouveau porteur de gros risques et de dangers. La dictature des écrans met presque tout le monde au pas. À travers des messages subliminaux aux contenus pas toujours neutres, les médias nous entrainent dans une spirale aliénante. Les bienfaits de la technologie numérique appliquée à tous les domaines de la vie ont certes contribué à faire faire à l’humanité de grands bonds en avant et ouvrent des perspectives salutaires. Ce qui ne doit pas nous obnubiler au point d’être des consommateurs zélés et  captifs des offres des écrans. Combien sont-ils ceux qui sont victimes des écrans ?

En tous les cas il est constant au regard de notre quotidien que les écrans ont beaucoup d’influences sur les comportements individuels et collectifs et constituent un problème de santé publique. Au Sénégal, journellement, une image d’Épinal inquiétante capte l’attention de tout observateur : des enfants, jeunes et adultes qui marchent dans les rues, les écouteurs reliés à un téléphone portable, bien vissés dans les oreilles, les yeux rivés sur l’écran jetant parfois des regards furtifs autour d’eux. Ils croisent des personnes sans les voir, traversent la rue la tête ailleurs s’exposant à des accidents de la circulation. Certains encore, ne se faisant aucun souci, confortablement assis au volant de leur voiture équipée d’un écran, conduisent en consommant des  images au péril de leur vie et de celle des autres. La part  des écrans dans les accidents de la route n’est pas encore établie, cependant elle constitue une piste de recherche à explorer. Le tout numérique porte à conséquence, la victimologie par rapport aux écrans.nous révélera, sans doute, dans leurs justes dimensions, les conséquences désastreuses des écrans sur le mental, le comportemental, la morbidité et la mortalité.

Loin de nous toute idée noire gratuite sur les écrans. Il ne s’agit pas d’être technophobe ni de procéder à un procès d’intention, mais nous devons exercer notre droit de ne pas nous laisser surprendre et dépasser par de nouveaux fléaux résultant des écrans. C’est là où réside tout l’intérêt de l’excellent travail que mène  Élisabeth BATON-HERVE sur les écrans. Elle a mis à profit son séjour au Sénégal, pour animer à Tivaouane, une ville située dans la région de Thiès, au profit des élèves des collèges, des enseignants et des parents une conférence et un atelier de formation sur les dangers des écrans. Ce fut deux moments forts durant lesquels elle a permis aux participants de renouveler leurs regards sur les écrans, d’avoir une posture critique et cerner les menaces induites auxquelles ils n’ont jamais fait attention. L’adage nous dit que « le pire ennemi c’est celui avec qui on vit et qu’on n’a jamais pris comme tel ». Or les écrans font partie de notre environnement. Élisabeth a délivré un message fort en nous entrainant dans les dédales labyrinthiques des écrans pour nous instruire sur les subtilités des contenus. Elle nous a livré les clefs pour lire et comprendre les messages subliminaux, leurs finalités manipulatrices implicites ou explicites.

Dans une démarche pédagogique participative, elle a mis en mouvement l’assistance amenant les uns et les autres à faire des témoignages. « Chez moi j’ai installé un WIFI pour faciliter la connexion. Je constate avec amertume que depuis lors il n’ y a plus d’échanges entre les membres de  la famille. Chacun vit dans son petit coin complètement concentré sur son smarthphone. Nous sommes dans la même maison, mais on n’est plus ensemble ». Selon M. K, inspecteur de l’enseignement.

« Mon neveu s’est rebellé contre sa mère en détruisant certains mobiliers de la maison pour manifester sa colère parce que ses parents lui ont retiré sa tablette à cause de la baisse de ses notes à l’école » témoigne B.D. surveillant général dans un collège.

Les écrans, qu’on le veuille ou non, bousculent les parents et, à terme, risquent de les disqualifier dans leur rôle de protecteurs de leurs enfants. Ils portent ainsi un sacré coup à la parentalité si on n’y prend pas garde. Les parents sont interpellés et doivent refuser d’abdiquer  face à la poussée envahissante des écrans. Ils ne doivent pas perdre leur autorité parentale  et ont un droit fondamental d’exercer un contrôle sur les contenus pour préserver l’intégrité physique, morale et mentale de leur progéniture. Les parents sont appelés, comme le souligne, avec pertinence Élisabeth BATON-HERVE à exercer leur jugement sur les contenus à travers un filtre réceptif pour prévenir le pire.

Les pièges de la captologie et les risques d’addiction aux écrans constituent de nouvelles pathologies qui ne sont pas encore prises en compte pour sauvegarder le bien-être somatique, mental et social des populations.

Les véritables enjeux, dans un contexte où la dictature des écrans écrase et menace la quiétude des populations, c’est de travailler à  « construire un monde numérique  humanisé » pour reprendre la conclusion d’Élisabeth à la conférence devant des participants engagés. Ce qui passe nécessairement par des initiatives hardies qui positionnent une recherche-action sur les écrans à travers des coalitions fortes. La mise en réseau des porteurs d’enjeux face à la furie des écrans est une exigence qui mobilise l’énergie de tous et de chacun.

Moussa Diop

 Tivaouane, Sénégal