Académies des sciences, de médecine et des technologies : un appel ambigu

Ainsi, nos Académies des sciences, de médecine et des technologies ont-elles rendu public ce qu’elles présentent comme un « appel » intitulé : « L’enfant, l’adolescent, la famille et les écrans »

On se souvient de l’Avis de l’Académie des sciences publié en 2013*. Aujourd’hui, l’un de ses auteurs reconnait : « Nous étions un peu trop optimistes et n’avions pas assez insisté sur les effets délétères »**. De fait, l’avis en question avait alors soulevé une vive polémique. Chercheurs, universitaires, professionnels, cliniciens de l’enfance et associations s’étaient  élevés contre un diagnostic biaisé par ce qui apparaissait alors comme une volonté de relativiser les discours plus sévères sur les conséquences préoccupantes de la massification des écrans. Il aurait suffi que les auteurs de l’avis élargissent leurs investigations aux chercheurs, universitaires et autres experts nationaux expérimentés, très au fait de ces questions et pour certains, depuis de longues années, pour éviter une telle erreur.

Cette fois, on ne prend le risque ni d’un rapport ni d’un avis et ce n’est plus une seule académie qui est concernée, mais trois. À quel(s) objectif(s) réel(s) répond cette initiative ? Pourquoi de telles institutions se regroupent-elles pour émettre un simple appel qui ne s’appuie aucunement sur la littérature scientifique ? Pourquoi se réfugient-elles derrière leur statut et légitimité pour intervenir dans un débat social sans se référer à un plus large panel de spécialistes ? Les auteurs de l’appel émettent le vœu de recherches conduites en interdisciplinarité. En effet, nous devrions aller vers plus de complémentarité et développer de plus nombreuses collaborations entre approches théoriques et champs disciplinaires. L’écrit dont il est question ici fait mention de neurophysiologie, de psychologie, de philosophie, de sciences cognitives, mais il fait l’impasse sur les sciences de l’information et de la communication quand elles sont pourtant éminemment concernées par le sujet.

Sur le fond, nous relevons une meilleure prise en compte des effets néfastes des écrans. Néanmoins, il ressort de la lecture de ce document une forte insistance sur l’aspect vulnérabilités personnelles, familiales et sociales. Il est incontestable que ces vulnérabilités entrent en ligne de compte, de nombreux sociologues l’ont constaté. Néanmoins, nous ne savons pas encore dans quelle mesure certaines fragilités peuvent aussi être engendrées par la technologie. Une technologie aux mains de grandes firmes internationales qui ne s’embarrassent pas de considérations déontologiques pour rendre captif l’usager qu’il soit ou non adulte.

Lorsque l’on côtoie régulièrement les parents et les professionnels des secteurs médicaux, paramédicaux et sociaux, sur leurs terrains d’intervention, c’est la complexité à l’œuvre dans l’usage qui est fait des technologies numériques qui s’impose à l’observateur. En effet, il n’est pas toujours aisé de faire le départ entre ce qui relève d’une pathologie ou de comorbidités*** particulières et ce qui relève des moyens et de la force dont disposent les acteurs marchands pour influencer les comportements.

Certes, les parents et les éducateurs ont un rôle important à jouer dans l’éducation au bon usage des écrans. Reconnaissons néanmoins qu’ils sont soumis, de même que les enfants dont ils ont la charge, à des discours contradictoires. Prôner l’autorégulation est une bonne chose, mais cela ne suffit pas quand on sait que les industriels, concepteurs et autres fournisseurs d’applications mettent tout en œuvre pour conduire à une surconsommation et à des comportements excessifs. Cette réalité, qui confine à l’injonction paradoxale, gagnerait à être véritablement prise en compte.

L’écrit publié ce 9 avril dernier fait montre d’une grande prudence quant au terme d’addiction. Pourquoi pas ? Sur ce point les recherches doivent se poursuivre. Mais quelle n’est pas  notre surprise de lire : « Il est important de fixer un temps ritualisé dédié aux écrans afin d’apprendre à l’enfant à attendre »****. Que l’enfant doit faire l’apprentissage du plaisir différé est en effet essentiel dans la construction de sa personnalité. Pour autant, point n’est besoin de ritualiser l’usage des écrans. Bien au contraire, la ritualisation risque justement de conduire à une forme de dépendance. Il sera plus judicieux de signifier à l’enfant que ces écrans peuvent être utilisés occasionnellement pour des usages précis et limités, mais que certaines journées peuvent se vivre sans le recours à l’écran.

Les problèmes posés par la présence massive des écrans dans l’environnement des familles concernent toutes les tranches d’âge ainsi que les adultes, notamment parents et éducateurs. Il nous faut tout de même insister particulièrement sur la petite enfance. Nous savons qu’en matière d’écrans, les bons plis se prennent dès l’enfance. A Contrario, les mauvaises habitudes prises dès le plus jeune âge ont tendance à persister par la suite. Tout le monde s’accorde à dire que, chez le tout-petit, les expériences sensorimotrices sont fondamentales. De même, des interactions humaines riches garantissent le bon développement du langage. Soyons sérieux : qu’apportent réellement les écrans aux enfants de moins de trois ans ? Le petit d’homme ne trouve-t-il pas dans son environnement tout ce qui lui est nécessaire sans en passer par les écrans ? Si ces objets s’imposent à lui dans les tout premiers moments de sa vie, ce n’est en rien pour servir son bien-être, ils répondent plutôt à des impératifs commerciaux.

Ne chargeons pas trop les parents. La plupart d’entre eux sont conscients de l’importance d’accompagner leurs enfants, petits et grands, dans l’univers des écrans numériques. L’attitude éducative qu’ils mettent en œuvre dans ce domaine est bien souvent contrecarrée par des discours marchands qui n’hésitent pas à saper cette vigilance parentale. Nous aurons beau émettre de sages recommandations, si nous demeurons aveugles à cette réalité-là, elles resteront vaines. Il faut beaucoup de discernement pour ne pas céder aux sirènes des grandes marques et ne pas se laisser prendre dans les pièges du marketing et de la communication qui envahissent l’espace social à grand renfort d’illusions et de mensonges. Les plus avisés s’y laissent parfois prendre.


*BACH J.F., HOUDE O., LENA P., TISSERON S., L’enfant et les écrans, Un Avis de l’Académie des sciences, Le Pommier, janvier 2013.

**SANTI P., « Ecrans : appel des académies à une « vigilance raisonnée », Le Monde, 10 avril 2019.

***Comorbidité : association de plusieurs pathologies et conséquences qui en résultent.

**** »L’enfant, l’adolescent, la famille et les écrans. Appel à une vigilance raisonnée sur les technologies numériques », Académie des sciences, Académie de médecine, Académie des technologies, 9 avril 2019, p. 5.




BÉBÉS ET ÉCRANS : UNE VIDÉO PARADOXALE !

Voici une vidéo pour le moins paradoxale. Diffusée par la Fondation pour l’enfance, elle semble avoir pour intention de signifier aux parents l’importance du jeu, du faire, et de la communication parents-enfant pour le tout-petit, activités sur lesquelles les écrans ne devraient pas empiéter.

En réalité le message véhiculé est très ambigu (voir ici). Notons tout d’abord qu’il ne fait aucune mention à la règle communément partagée par les professionnels de l’enfance et différents experts : pas d’écrans avant trois ans. En avril 2008 la Direction générale de la Santé émettait un avis selon lequel elle déconseillait la télévision aux enfants de moins de trois ans. Elle ajoutait qu’ « au-delà de trois ans, chez le jeune enfant, l’usage de la télévision doit être particulièrement prudent ». Nous disposons aujourd’hui de suffisamment de données pour considérer que cette recommandation doit s’appliquer à tous les écrans, quels qu’ils soient et quels que soient leurs contenus. Il y a là un enjeu majeur de santé publique.

Même si les petits bouts de chou mis en scène dans des situations de jeux manipulent les écrans à d’autres fins que celles pour lesquelles ils sont prévus, il n’empêche que ceux-ci sont omniprésents dans ce film. Et puis enfin, les écrans ne sont pas des jouets ! Au final ce que montrent les images est en porte-à-faux avec ce que disent les messages écrits qui les accompagnent. Exemple : « Apprendre à communiquer, c’est bien mieux avec les autres », « Avant, trois ans, communiquer c’est mieux avec ses parents ». Or, l’adulte est le grand absent du film en question. Les relations interpersonnelles sont importantes entre enfants, mais elles le sont tout autant avec les adultes de l’entourage lorsque ceux-ci accompagnent l’enfant avec bienveillance, l’encouragent dans ses activités et entrent dans des interactions langagières avec lui.

Par ailleurs, remarquons cet enfant qui réclame des chips à son père, via un smartphone : « papa je veux des chips ! ». Une demande pressante faite en criant et qui se trouve immédiatement satisfaite : une main adulte vient lui tendre un paquet de chips. Un des commentateurs de la vidéo sur YouTube remarque « les nutritionnistes apprécieront le coup des chips ». En effet ! L’absorption de chips par un tout petit représente 1) des risques nutritionnels, car comme chacun le sait, il s’agit d’un aliment particulièrement gras et salé, 2) des risques de fausse route, car faut-il le rappeler, la déglutition d’un enfant en bas âge n’est pas celle d’un adulte.

Dommage, les parents n’ont pas besoin de confusions supplémentaires tant ils sont déjà soumis à des injonctions paradoxales. La vidéo dont nous parlons est annoncée sous le titre « digital bébé », un tel énoncé pose en soi problème si l’on considère que l’enfant de moins de trois ans n’est pas concerné  par les écrans. Mais quelle est la véritable intention de la Fondation pour l’enfance : la protection des enfants ou la promotion des smartphones ? Sur son site elle affirme : « Pour garder contact avec ses proches entre bébé et sa famille éloignée physiquement, le contact se noue très bien via une application d’appel vidéo. Les smartphones servent aussi à rester en contact .» On croirait avoir affaire à un discours marchand ! (Pour les différentes déclinaisons du message voir « Bébé et écran : je fais comment ? »).

Lire aussi : Les tout-petits et les écrans ne font pas bon ménage

Des écrans pour les jeunes enfants ? mais que voient-ils ?

 

 

 

 

 

 

 

Les journaux télévisés : entre information et promotion

Hier, 3 octobre 2016, la chaîne publique France 2 a diffusé un reportage sur la consommation des bonbons qui, aux dires de son présentateur, serait en augmentation. Placé en fin de journal le sujet est annoncé dans « le dossier du jour ».

Ne nous y trompons pas, ce reportage ne cible pas particulièrement nos petits chérubins. Il s’intéresse aussi aux grandes personnes qui deviendraient elles-mêmes mangeuses de bonbons. A ce titre, le micro-trottoir est très éloquent, il se tourne dans un premier temps vers des enfants pour s’orienter ensuite vers des adultes de moins de 50 ans : un homme pour lequel manger des bonbons « ça réconforte, ça fait du bien, ça relaxe », une femme ensuite tout aussi positive « Un petit coup de déprime ? Aller, hop ! un bonbon et ça repart ». Nous apprenons que les Français consommeraient 3 kg de bonbons par an et par personne. C’est possible, mais cette affirmation n’est accréditée par aucune étude. Le secteur serait en pleine croissance, 2 % depuis le début de l’année, nous voulons bien le croire, mais le reporter ne cite pas ses sources.

Les téléspectateurs sont invités à visiter une entreprise située dans le Gard. Le micro est alors tendu au responsable fabrication Haribo, puis à la responsable du pôle stratégie innovation Haribo qui nous fait découvrir les nouveaux produits de la marque (des fraises Tagada roses et violettes, la belle affaire ! ) et enfin au président de Haribo France filmé devant la mascotte de la marque.  Pour faire bonne mesure, les auteurs du reportage se sont intéressés à une autre marque de bonbons : Lutti. Cette fois ce sont les responsables recherche et marketing qui sont successivement interviewés. Tout cela agrémenté d’images de bonbons de toutes formes, de toutes couleurs, fabriqués en abondance et distribués en magasins où une présentation astucieuse autant qu’attrayante encouragera le téléspectateur-consommateur à succomber à la tentation.

Ce reportage du journal télévisé de la deuxième chaîne d’information du service public interroge. Des informations dignes de ce nom ne devraient-elles pas être plus riches dans leur contenu, plus objectives dans leur présentation ? Le téléspectateur ne serait-il pas en droit d’attendre un contrepoint ?

Par ailleurs, qu’en est-il de la campagne de prévention du PNNS (Programme national nutrition santé) par exemple ? N’est-ce pas là un moyen pour les grands annonceurs de contourner l’obligation qui leur est faite d’accompagner leurs messages publicitaires d’une mention sanitaire comme « Pour votre santé ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé » ? Mais alors que dire de la connivence ici décelée entre les journalistes et les acteurs du monde marchand ? Il est certain en tout cas que ce « journalisme de marché »[1] sert bien plutôt les intérêts croisés des journalistes et de leur chaine, des communicants et de leurs annonceurs, que ceux des téléspectateurs.

 

 

[1] BENILDE. Marie, On achète bien les cerveaux. La publicité et les médias, Raison d’agir, 2007.

Le journal télévisé : entre information et promotion

Hier, 3 octobre 2016, la chaîne publique France 2 a diffusé un reportage sur la consommation des bonbons qui, aux dires de son présentateur, serait en augmentation. Placé en fin de journal le sujet est annoncé dans « le dossier du jour ».

tv-jt

Ne nous y trompons pas, ce reportage ne cible pas particulièrement nos petits chérubins. Il s’intéresse aussi aux grandes personnes qui deviendraient elles-mêmes mangeuses de bonbons. A ce titre, le micro-trottoir est très éloquent, il se tourne dans un premier temps vers des enfants pour s’orienter ensuite vers des adultes de moins de 50 ans : un homme pour lequel manger des bonbons « ça réconforte, ça fait du bien, ça relaxe », une femme ensuite tout aussi positive « un petit coup de déprime ? Aller, hop ! un bonbon et ça repart». Nous apprenons que les Français consommeraient 3 kg de bonbons par an et par personne. C’est possible, mais cette affirmation n’est accréditée par aucune étude. Le secteur serait en pleine croissance, 2 % depuis le début de l’année, nous voulons bien le croire, mais le reporter ne cite pas ses sources.

Les téléspectateurs sont invités à visiter une entreprise située dans le Gard. Le micro est alors tendu au responsable fabrication Haribo, puis à la responsable du pôle stratégie innovation Haribo qui nous fait découvrir les nouveaux produits de la marque (des fraises Tagada roses et violettes, la belle affaire ! ) et enfin au président de Haribo France filmé devant la mascotte de la marque.  Pour faire bonne mesure, les auteurs du reportage se sont intéressés à une autre marque de bonbons : Lutti. Cette fois ce sont les responsables recherche et marketing qui sont successivement interviewés. Tout cela agrémenté d’images de bonbons de toutes formes, de toutes couleurs, fabriqués en abondance et distribués en magasins où une présentation astucieuse autant qu’attrayante encouragera le téléspectateur-consommateur à succomber à la tentation.

Ce reportage du journal télévisé de la deuxième chaîne d’information du service public français interroge. Des informations dignes de ce nom ne devraient-elles pas être plus riches dans leur contenu, plus objectives dans leur présentation ? moins complaisantes ? Le téléspectateur ne serait-il pas en droit d’attendre un contrepoint ?

Par ailleurs, qu’en est-il de la campagne de prévention du PNNS (Programme national nutrition santé) ? Ne serait-ce pas là un moyen pour les grands annonceurs de contourner l’obligation qui leur est faite d’accompagner leurs messages publicitaires d’une mention sanitaire comme « Pour votre santé ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé » ? Mais alors que dire de la connivence ici décelée entre les journalistes et les acteurs du monde marchand ? Il est certain en tout cas que ce « journalisme de marché »[1] sert bien plutôt les intérêts croisés des journalistes et de leur chaine, des communicants et de leurs annonceurs, que ceux des téléspectateurs.

Au fait, Halloween, c’est bien le 31 octobre n’est-ce pas ?

Voir le JT en replay

Consulter le site du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel sur les communications commerciales.

[1] BENILDE. Marie, On achète bien les cerveaux. La publicité et les médias, Raison d’agir, 2007.

Rentrée scolaire 2016 : quelle place pour les écrans ?

La rentrée, ce n’est pas seulement la reprise des activités scolaires, ce sont aussi les réinscriptions aux clubs sportifs, aux centres de loisirs, aux ateliers artistiques, etc. Ainsi, la famille se réorganise en fonction des contraintes de travail des parents et des plannings hebdomadaires des uns et des autres.

La rentrée c’est aussi celle des médias avec leurs grilles de programmes (radio, télévision…), et plus largement celle des écrans numériques de plus en plus nombreux avec leurs applications et autres jeux… A travers ces quelques lignes j’aimerais tout simplement vous inviter, chers lecteurs, à ne pas traiter à la légère les choix parentaux qui s’imposent dans ce domaine comme ailleurs.

Dessin Ambre

Dessin de Ambre (14 ans) -Merci Ambre !

Comme vous pouvez le penser, les contenus médiatiques sont susceptibles de contribuer, ou non, à nourrir l’imaginaire des enfants, à développer leur créativité et à les enrichir intellectuellement. Leur épanouissement, leur bien-être dépendent, en partie, de l’usage qu’ils feront de ces écrans en terme non seulement de contenus mais également de temps passé et de périodes d’utilisation.

Les enfants, mais aussi les adolescents, ont besoin de rythmes de vie équilibrés et que soient satisfaits leurs besoins physiologiques. Si nous n’y prenons pas garde, les écrans numériques, par leur facilité de manipulation, d’accès… risquent d’empiéter sur les temps de repas et de sommeil. Les enfants ont aussi besoin d’ouverture culturelle, de sources de divertissement et de loisir diversifiés. Les choix en matière d’écrans doivent prendre en compte ces différents besoins.

En cette rentrée scolaire, je vous invite à prêter une attention toute particulière à l’environnement médiatique des enfants ainsi que des adolescents de votre entourage. Il est possible et même souhaitable de faire en sorte que les écrans numériques soient utilisés à bon escient, pour une exposition à des contenus adaptés.

Dans cette perspective, qu’en est-il du jeu Pokemon Go qui s’est développé de manière vertigineuse depuis le mois de juillet dernier ? Répétons-le, ce qui compte avant tout,  c’est de veiller à assurer aux jeunes scolarisés des conditions favorables au développement des qualités d’attention, de concentration nécessaires aux apprentissages. Assurément, s’il n’est pas rigoureusement contrôlé, limité, le jeu Pokémon Go risque d’être un élément perturbateur. Alors pourquoi ne pas adopter un nouveau slogan : « POKEMON : IGNOREZ-LES TOUS ! »

BONNE RENTRÉE !

A lire ou à relire : Programmes enfants

Parents, ne laissez pas vos enfants seuls devant les programmes et chaînes jeunesse !

Lorsque l’on ose s’installer devant la télévision pour regarder les programmes que les chaînes destinent aux enfants on est loin d’imaginer ce que l’on va y trouver. Vous connaissez la chaîne Gulli ? Les enfants en parlent souvent car ils y passent beaucoup de temps. Récemment j’ai décidé de faire comme eux. Le 25 février dernier j’ai suivi les programmes présentés dans la rubrique jeunesse de 9 h à 12 h. La visite vaut son pesant d’or.

Je passerai sur tous ces dessins animés d’une grande pauvreté diffusés en continu entre bandes annonces et écrans publicitaires pour m’arrêter sur l’un d’entre eux : « Sprout à craqué son slip ». Je croyais que la médiocrité avait atteint ses limites mais avec cette série québécoise au titre original tout aussi prometteur « Mon derrière perd la tête » la sidération est à son comble. De quoi s’agit-il au juste ? Le personnage principal Zack Freeman a pour meilleur ami sa propre paire de fesses Sprout. L’ambition de Zack est de combattre les méchants fessiers et de devenir le plus grand botteur de fesses du monde. Tout un programme en vérité. La première saison est constituée de 52 épisodes de 11 minutes. Au total 572 minutes de débilités affligeantes. Et ce n’est pas terminé puisque la seconde saison est en cours. Les titres des épisodes laissent rêveur : « Maître péteur en rythme, le derrière de grand-mère rigole, péter à souhait, tornade de gaz, que le meilleur pue » et j’en passe ! Or j’avoue ne pas être rassurée lorsque dans l’épisode du jour l’un des personnages se voit affublé d’une paire de fesses en guise de tête.

Ce cas outrancier nous conduit à nouveau à pointer la responsabilité des professionnels de la télévision et de leurs partenaires. Mais il nous invite aussi à nous interroger sur notre responsabilité d’adultes citoyens. Nous qui côtoyons les enfants dans leur quotidien, nous qui assumons des fonctions d’accompagnement, d’éducation, de soins, que faisons-nous devant cette atteinte à l’enfant et au monde de l’enfance ? Pourquoi fermons-nous les yeux devant ces innombrables heures d’antennes pendant lesquelles défilent des personnages grotesques portés par des scenarii aussi pitoyables les uns que les autres ?

Cessons de nous désintéresser des programmes et chaînes jeunesse, arrêtons de feindre l’ignorance. Au contraire réagissons ! Essayons de mieux connaître les univers télévisuels proposés aux enfants pour faire entendre nos voix auprès des décideurs professionnels et politiques. Faisons en sorte que l’article 17 de la Convention internationale des droits de l’enfant soit respecté. Peut-être alors pourrons-nous espérer la télévision de qualité à laquelle les enfants ont droit.

Article 17

Les États parties reconnaissent l’importance de la fonction remplie par les médias et veillent à ce que l’enfant ait accès à une information et à des matériels provenant de sources nationales et internationales diverses, notamment ceux qui visent à promouvoir son bien-être social, spirituel et moral ainsi que sa santé physique et mentale. A cette fin, les États parties :

Encouragent les médias à diffuser une information et des matériels qui présentent une utilité sociale et culturelle pour l’enfant et répondent à l’esprit de l’article 29 ;

Encouragent la coopération internationale en vue de produire, d’échanger et de diffuser une information et des matériels de ce type provenant de différentes sources culturelles, nationales et internationales ;

Encouragent la production et la diffusion de livres pour enfants;

Encouragent les médias à tenir particulièrement compte des besoins linguistiques des enfants autochtones ou appartenant à un groupe minoritaire;

Favorisent l’élaboration de principes directeurs appropriés destinés à protéger l’enfant contre l’information et les matériels qui nuisent à son bien-être, compte tenu des dispositions des articles 13 et 18.

 

 

 

 

2016 est là, BONNE ANNÉE !

MEILLEURS VŒUX A TOUS !

Les portes de l’année 2015 se sont refermées. Ces douze mois passés ont connu leur lot de joies, de bonheurs partagés, de réussites, mais  aussi d’épreuves, d’incompréhensions et d’intolérances.

Voeux Léna

Dessin de Aïcha - Voeux 2016Nous souhaitons ardemment que la nouvelle année ne soit pas entachée par des événements tragiques comme ceux qui ont ébranlé la France et d’autres pays dernièrement. De nouveaux horizons s’ouvrent à nous. Nous en attendons plus de tolérance, plus d’écoute, plus d’empathie, plus d’actions constructives, en un mot plus d’humanité.

Aïcha 9 ans et demi

Néanmoins, ces vœux ne se transformeront en réalité que si, d’une façon ou d’une autre, nous prenons une part active à leur accomplissement.

C’est une des motivations de ce blog qui entend exercer une vigilance permanente sur le respect de l’enfant et les garanties de son bon développement dans le domaine des médias, des écrans et de la consommation.

Voir article suivant sur la classification des films cinématographiques.