Les préoccupations des adultes relatives à l’exposition des enfants et des adolescents aux écrans ne concernent pas seulement les pays occidentaux. Elles sont partagées par tous dès lors que les technologies numériques d’information et de communication se présentent comme incontournables, garantes de modernité, dans une économie mondialisée.

 

21e causerie NYARA « Familles, jeunes et médias »

Au Sénégal, si la radio et la télévision demeurent les médias dominants, le smartphone semble progresser très rapidement, suivi par la tablette numérique et autre ordinateur. De ce fait, et parce que les mêmes causes produisent les mêmes effets, des questions émergent, teintées parfois d’inquiétude. « A la maison, chacun à son écran, on ne se parle plus »; « Mon enfant a vu un dessin animé qui heurte nos propres valeurs de parents »; Les enfants regardent la télévision trop tard le soir alors qu’ils doivent se lever très tôt le lendemain pour aller à l’école »; « Je crains la force du marketing en direction des enfants, je voudrais en protéger ma fille », etc. Ce sont, en substance, les propos que l’on entend de part et d’autre.

On le voit, les échanges entre parents, entres jeunes, sont essentiels, car ils favorisent une ouverture vers la verbalisation des questionnements, des craintes, des émotions., c’est pourquoi toutes les initiatives de rencontres sur ces sujets sont si importantes. Ensuite le partage d’information, de connaissances permet d’éclairer les esprits et de donner du sens aux attitudes éducatives qui s’ensuivent.

Remercions ici Aïcha de Nyara à Dakar et Seynabou de la communauté de mamans du Sénégal pour leur dynamisme et leurs démarches positives et constructives. Ces rencontres sont tellement stimulantes et  si enrichissantes !

« Familles, jeunes et médias » : consulter la page Facebook de Nyara, Post du 31 mars

« L’impact des écrans sur les enfants et nos familles : voir le live sur YaayTV

2 commentaires sur « Les jeunes et les médias au Sénégal : rencontres (2) »

  1. Bonjour,
    Je m’appelle Stanislas.
    Je trouve vos articles sur la nécessité d’initier les sénégalais à l’éducation aux médias très intéressants.
    Je suis professeur d’anglais au Sénégal. Tout comme vous, j’ai repris les études pour suivre un master 2 à distance à l’université de Paris Sorbonne 3. J’ai travaillé sur l’introduction de l’éducation aux médias dans les langues étrangères.
    Je vous remercie pour l’initiative que vous avez prise pour vulgariser l’éducation aux médias au Sénégal. Et vous avez bien fait car elle n’est pas encore une priorité pour les autorités scolaires du Sénégal. C’est par ces initiatives venant de la base que l’on peut faire comprendre aux populations que les contenus médiatiques ne doivent pas être pris pour argent comptant.
    Merci et bonne continuation,

    1. Bonjour,

      Je vous remercie sincèrement pour votre commentaire à propos des articles sur mes interventions au Sénégal. Les médias ne connaissent pas les frontières, de même l’éducation aux médias doit pouvoir se développer partout à travers le monde. Cette éducation est fondamentale pour l’exercice de la citoyenneté.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s