Réflexion sur les sites de rencontre pour adolescents

Les réseaux sociaux constituent un sujet de grand intérêt, parfois même d’inquiétude pour les parents d’adolescents et pour les éducateurs. Selon Danay Boyd, il ne faut pas s’en inquiéter outre mesure « Les réseaux sociaux sont un endroit où les jeunes peuvent se retrouver avec leurs amis. Il faut prendre ça comme un espace public dans lequel ils trainent »[1].

Toutefois, ces réseaux sociaux ne sont pas des espaces publics comme les autres, ils sont le fait d’entreprises privées dont le but est de faire du profit et pour certaines, sans souci éthique particulier. Il en est ainsi des sites de rencontre pour adolescents qui continuent à se développer sur la toile. Ils sont suffisamment nombreux à s’adresser aux 13-25 ans pour que nous nous y intéressions. Calqués sur le modèle des sites de rencontre pour adultes, ils disent s’adresser aux adolescents hétérosexuels pour les uns, aux gays ou lesbiennes, ou encore aux bisexuels pour les autres.

La question de l’âge à partir duquel ces sites sont accessibles est centrale et nous conduit à nous réinterroger sur ce qui caractérise ce moment de la vie situé entre l’enfance et l’âge adulte. « L’adolescence correspond à la prise de conscience collective récente de l’existence d’une crise psychique déclenchée par l’apparition du pouvoir sexuel chez l’enfant et cherchant une issue hors du cadre familial. L’adolescence serait donc un phénomène sociologique révélant une crise psychologique ».[2] L’auteur de cette définition, P. Laroche, médecin et psychanalyste rappelle que l’adolescence englobe à la fois un aspect physiologique (puberté), un aspect psychique ainsi qu’un aspect social. C’est dire que l’adolescence, entendue comme processus, est une période délicate qui nécessite l’accompagnement d’adultes fiables, respectueux et bienveillants. Non seulement les sites de rencontre pour adolescents ne remplissent pas ces conditions, mais ils instrumentalisent les jeunes internautes pour leur soutirer des données personnelles de plus en plus fines et précises afin d’en tirer profit.

Arrêtons-nous sur l’un d’entre eux : Rencontre-ados.net. Les informations requises pour une inscription y sont nombreuses : « âge, pays, ville, orientation sexuelle, statut matrimonial, profession ou études, taille, silhouette, couleur des cheveux, couleur des yeux, enfants, fume, boisson alcoolisée, religion ». Seule l’indication de la religion est facultative, en revanche l’internaute n’a pas le choix pour l’orientation sexuelle qui doit être mentionnée (hétérosexuel, homosexuel, ou bisexuel).

A l’origine ce site s’adressait à la tranche des 11-25 ans. Suite à certaines manifestations de mécontentement et quelques articles de presse, Rencontre-ados à repoussé l’âge d’accès à son site : de 11 ans il est passé à 13 ans. Il va sans dire que l’écart d’âge entre les plus jeunes et les plus âgés reste très important et implique une grande hétérogénéité de situations, d’expériences, d’aspirations et de désirs, sans parler des compétences cognitives et de la transformation physique qui s’opère chez les plus jeunes alors qu’elle est achevée chez les aînés.

Le forum et les topics de Rencontre-ados sont des espaces dans lesquels les préoccupations sexuelles s’expriment sans fausse pudeur, pour ne pas dire crûment, mais aussi sans élaboration, sans mise en sens et en l’absence d’adulte modérateur compétent. Une question sur la pratique du cunnilingus amène cette réponse d’un internaute : « En tout cas le pénis n’est pas fait pour servir de sucette et le minou n’est pas fait pour servir de gobelet à glace ». Autres échanges de même acabit : « J’ai pas changé ma chatte, mais stv en être on fait un skype mh (pictogramme cœur) juste les photos en double sont refusées je savais pas. » réponse : « Je tencule, je te prend je te retourne je te plaque contre un mur et je te baize par tôut les trous. ». Autre exemple de conversation :

–        Js : Salut Ld on baise.

–        Ld : Cousou Js, avec plaisir, actif ou passif ?

–        Js : Passif bb, capote ou sans ?

–        Ld : sans je veux me plonger dans ton caca[3].

Combien d’adultes véritablement soucieux du vécu des adolescents et de leur devenir connaissent ces sites de rencontre et ce qui s’y joue ? Car, même si Rencontre-ados affiche un cadre d’utilisation par des interdits et un système de modération, les internautes qui s’y connectent, notamment les plus jeunes d’entre eux, sont de fait dangereusement exposés. Le manque de sérieux de Rencontre-ados se manifeste entre autres à travers les contradictions dont il fait preuve. Les plans « cam » et « sexe » sont interdits, mais il suffit d’explorer le site pour se rendre compte que cette interdiction n’est pas respectée. Les photos de corps dénudés, les injures, la stigmatisation sont réprouvées, mais elles sont monnaie courante sur ce type de site. L’interdiction de poster un message d’incitation à la consommation d’alcool est contredite par le site lui-même qui introduit une question à ce sujet dans le profil que le jeune internaute réalise lors de son inscription. Comme le soulignent des étudiants qui on réalisé un travail universitaire sur ce site : « la modération est parfois lente à l’exemple de la plainte de harcèlement d’un utilisateur datant de 3 jours où l’administrateur admet qu’ils ont beaucoup de signalements et donc beaucoup de cas à traiter. »[4]

Selon une étude de l’UNICEF France, bon nombre d’adolescents sont en souffrance. « La souffrance psychologique s’explique […] par des difficultés de relation aussi bien dans la sphère familiale que dans la sphère scolaire et élective, et il apparaît de façon claire que ces difficultés sont cumulatives.[5] » Certaines formes de souffrances, explique ce rapport, peuvent être relatives à la vie sociale dans son ensemble : « la difficulté de se conformer à des standards de consommation, la difficulté à être protégé et reconnu dans les relations familiales, l’épreuve de la discrimination et du harcèlement, les problèmes liés à la vie scolaire.[6]« 

Il est certain que la société tout entière est responsable de ses adolescents. Elle doit leur apporter l’étayage dont ils ont besoin pour accéder à l’âge adulte dans les meilleures conditions. Les sites de rencontre pour adolescents comptent parmi les réseaux sociaux qui ne respectent pas les jeunes internautes qui les fréquentent, ils ne les reconnaissent pas comme sujets et les exploitent savamment à des fins marchandes. Si c’est gratuit, c’est qu’ils sont le produit !

 Rencontre ados

[1] 6 clés pour comprendre comment vivent les ados sur les réseaux sociaux, Le Monde 10 mars 2014.

[2] DELAROCHE P., L’adolescence. Enjeux clinique et thérapeutiques, Armand Colin, 2013 ? P. 9.

[3] Dans ces extraits de conversations, l’orthographe n’a pas été modifiée.

[4] « Analyse d’un site destiné aux jeunes », Université Paris 8, 2015.

[5] Ibid., « Ecoutons ce que les enfants ont à nous dire. Adolescence en France, le grand malaise », Consultation nationale des 6-18 ans, UNICEF France, 2014, p. 28.

[6] Ibid., p. 27.

Un commentaire sur « Les adolescents, des produits (pas) comme les autres »

  1. Je suis parent et je n’ai jamais entendu parler de ces sites pour ado. Je pense qu’il faudra les regarder de plus près car on se rend compte qu’il y a une partie de le vie de nos enfants qu’on ne contrôle pas si on ne surveille pas les sites qu’ils fréquentent.
    Merci pour vos articles qui nous ouvrent les yeux sur ce monde inconu de nos enfants.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s