Entretien avec Héloïse Junier, psychologue en crèche et formatrice en psychologie de l’enfant.

Pouvez-vous nous rappeler rapidement quels sont les besoins essentiels de l’enfant entre 0 et 3 ans ?

On distingue deux grandes familles de besoins :

  • les besoins physiologiques : manger, dormir, évacuer, respirer…
  • les besoins psychologiques : besoins d’interactions avec l’adulte, d’être câliné, d’être aimé, d’être considéré avec bienveillance par l’adulte. Mais aussi le besoin d’explorer, de découvrir, de tester…

Les écrans interfèrent avec les besoins fondamentaux de l’enfant. Quant aux besoins psychologiques, ils sont souvent mésestimés voir méconnus par l’adulte alors qu’ils sont, comme les besoins physiologiques, primordiaux pour un bon développement et un bon épanouissement.

Les écrans ne nuisent pas directement aux besoins physiologiques, qu’en est-il alors du sommeil ou des repas devant la télévision ?

Ils font interférence avec. C’est-à-dire que si l’enfant regarde un écran avant de dormir, la sécrétion de la mélatonine, hormone régulatrice du sommeil, sera modifiée et de ce fait l’endormissement risque d’être retardé. Si bien que l’enfant pourra avoir des difficultés d’attention le lendemain et être plus fatigable, plus irritable. Ça ne va pas non plus l’empêcher de manger, mais il risque de moins manger ou au contraire de manger de manière plus automatique, sans réel plaisir pour l’action en cours. Or, n’oublions pas que le temps de repas est avant tout un temps de partage avec l’adulte au cours duquel l’enfant acquiert des nouveaux mots de vocabulaire. On peut dire que les écrans altèrent les besoins physiologiques de base, mais n’empêchent pas qu’ils soient assouvis.

En ce qui concerne les besoins psychologiques, les conséquences de l’exposition aux écrans du tout-petit sont-elles plus graves ?

Oui, l’exposition des enfants de moins de 3 ans aux écrans court-circuite les besoins psychologiques. Ils ne vont pas dans le même sens. Par exemple, un enfant a besoin d’être en interaction avec un adulte (ce qui est rarement le cas lorsqu’il est seul face à un écran), ce que les nombreuses études en psychologie du développement et de l’attachement ont bien mis en avant. Sans oublier que les interactions sociales sont indispensables pour le bon développement des fonctions cognitives.

Si l’enfant passe tout son temps devant un écran loin de l’adulte, les meilleures conditions pour un bon développement et un épanouissement ne seront pas réunies. Plus la consommation d’écran est importante plus les besoins psychologiques risquent d’être altérés.

Les écrans ont-ils ou non une place dans cette période de la vie ? Et si oui de quelle manière ?

Spontanément, j’aurais tendance à répondre que non ! Non, les écrans n’ont pas leur place dans cette tranche de vie. L’enfant n’en a pas besoin pour bien grandir, au contraire. En réalité, c’est un peu plus compliqué, car les parents ont besoin des écrans pour leur propre usage…

Ces écrans vont à l’encontre de leurs besoins fondamentaux. Les jeunes enfants ont besoin d’être dans la vraie vie, dans de vraies interactions avec de vrais gens et non en interaction avec Dora qui fait semblant de les écouter et de leur répondre via un écran. Eh oui, ils sont très sensibles à la réponse de leur interlocuteur. Le tout petit a vraiment besoin, dans son environnement, de personnes réelles qui lui fassent des feed-back très répétés pour bien apprendre, par essais et erreurs. Il a également besoin de manipuler de vrais objets. Sur une tablette tactile, la girafe et l’éléphant sont sensiblement identiques alors qu’en vrai, un éléphant en plastique, une girafe en tissu et un cube en bois n’auront pas le même poids, ni la même texture, ni la même odeur ! Mais ce n’est pas tout. La luminosité et la rapidité des images qui caractérisent les écrans sur-stimulent l’enfant et sur-sollicitent son attention (son système d’attention involontaire, cf. B. Harlé [1]). Entre 0 et 3 ans, les enfants n’ont pas besoin d’être sur-stimulés, leurs apprentissages sont spontanés. D’ailleurs, contrairement aux idées reçues, il ne s’agit pas que d’un problème de contenu, mais aussi d’un problème de contenant. Je m’explique : ce ne sont pas les seules images qui défilent sur l’écran qui posent un souci, c’est aussi l’écran lui-même. Même si, bien évidemment, il est bien plus déconseillé que l’enfant regarde le JT qu’un épisode de Petit Ours Brun ! Rappelons qu’à ces âges, l’enfant n’est pas en capacité de distinguer la fiction de la réalité. Il prend tout ce qu’il voit pour argent comptant.

L’écran place l’enfant dans une position passive à un âge où il devrait être actif pour découvrir son environnement. Et puis, n’oublions pas que, au-delà de l’ensemble de ces méfaits, l’écran vient voler à l’enfant du temps passé à faire autre chose de bien plus précieux pour son développement : attraper des objets et les mettre à la bouche, courir après un oiseau, construire des tours de cubes, faire quelques pas dans l’herbe… Finalement, chez le tout-petit, moins l’environnement est sophistiqué, mieux c’est !

Pour toutes ces raisons, les écrans n’ont pas leur place dans l’environnement de l’enfant. Cependant, certains parents étant très friands de ces écrans, l’objectif est de trouver un compromis qui respecte les besoins des enfants et les souhaits des parents ce qui, il faut le reconnaître,est souvent assez compliqué !

Y a-t-il une différence sensible en ce qui concerne l’exposition des enfants aux écrans entre 2 et 3 ans ? Les organisations pédiatriques américaines et canadiennes préconisent l’absence d’écrans jusqu’à 2 ans, en France la Direction générale de la santé a donné un avis qui place la limite à 3 ans.

Ce n’est pas très facile de respecter la limite des 3 ans pour les familles où il y a des fratries, par exemple. Entre 2 et 2 ans et demi, l’enfant gagne en maturité cognitive, le langage s’est déjà un peu plus développé. On peut imaginer qu’à cet âge, les enfants sont un peu plus « costauds » pour être exposés aux écrans. Cela dit, l’idéal serait, comme le préconise Michel Desmurget [2], l’absence totale d’écran. Néanmoins si on veut mettre une limite, 2 ans est un bon repère. Même si, c’est indéniable, 3 ans est encore mieux. Disons que plus cette consommation d’écrans est tardive, mieux c’est.

Quels conseils pratiques donneriez-vous aux adultes qui sont en contacts réguliers avec les enfants de moins de 3 ans ?

Les professionnels de l’enfance, de la petite enfance et les enseignants sont peu au courant des méfaits des écrans. Il faudrait donc commencer par les informer pour qu’à leur tour ils puissent sensibiliser les familles (via des articles, des affichages dans les lieux publics, des échanges informels dans les couloirs). Il faudrait envisager toute une politique de sensibilisation des parents aux effets des écrans.

Par rapport aux parents, cela dépend toujours de leur capacité à contrôler ou à tolérer la présence des écrans au foyer. Mais en tant que psychologue de crèche, je leur communique quelques conseils :

  • Pas d’écran le matin avant d’aller chez la nounou, à la crèche ou à l’école. C’est un point important. Les enfants qui regardent la télé épuisent toute leur attention et arrivent à l’école la batterie « déchargée ». Ces derniers peuvent, au cours de la journée, être plus excités, plus actifs, avoir plus de difficultés à se concentrer sur une activité, être moins tolérants à la frustration… Bien entendu, cette hyper-excitation peut ne pas être l’unique apanage des écrans et demeurer, bien souvent, multifactorielle.
  • Pas d’écran le soir avant de dormir. Regarder l’écran peu de temps avant de se coucher tend à retarder leur endormissement et à les maintenir dans un état d’excitation. Dans la continuité, il aura plus de mal à se réveiller le lendemain matin. Or, qui dit réveil difficile, dit journée plus difficile.
  • Pas d’écran pendant les repas de façon à privilégier les interactions avec l’adulte. Les repas sont des moments où l’on peut échanger, nommer les objets, partager un plaisir. Au cours des repas, les enfants apprennent tellement de nouveaux mots grâce à ces interactions privilégiées avec l’adulte, qu’il serait dommage de les en priver !
  • Pas d’écran à disposition de l’enfant : il faut utiliser un contrôle parental et éviter de mettre les télécommandes à portée de main, faire en sorte qu’il ne puisse allumer tout seul le bouton power. Et bien sûr, pas d’écran dans la chambre pour limiter les tentations et l’usage solitaire de ces nouvelles technologies.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter le blog d’Héloïse Junier et sa communauté facebook « La psy contre-attaque » 

Voir aussi : Des bébés devant des écrans

[1] HARLE Bruno, pédopsychiatre hospitalier, région Rhône-Alpes

[2] DESMURGET Michel, TV lobotomie. La vérité scientifique sur les effets de la télévision, Max Milo Éditions, 2012.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s